Conférence :

Gabriel DIGERLANDO

Edgar CAYCE

 

Edgar Cayce Le Médium Visionnaire

 

Si nous sommes ici, c'est que nous avons

des actions à accomplir en vue de remplir

notre mission.

 

(L'âme et son destin ou le vrai sens de la vie)

 

Edgar Cayce (1877-1945) se distingua par ses exceptionnelles facultés parapsychiques.

 Dès sa jeunesse, Cayce s’aperçut qu’il pouvait entrer dans un état d’auto-hypnose où il avait accès à une source intarissable d’informations.

 Pendant vingt ans, les « lectures » se consacrèrent à des problèmes de santé. Edgar Cayce n’avait besoin que du nom d’une personne et de l’adresse où elle se trouvait pour décrire sa condition physique et recommander un traitement. L’infaillibilité de ses diagnostics, l’efficacité de ses méthodes de soins et la nature même de ses préceptes de santé intégrale firent de lui le principal précurseur de la médecine holistique moderne.

 

D’origine sociale modeste et dépourvu de tout diplôme scolaire ou universitaire, Edgar Cayce (1877 - 1945) fut pourtant l'un des plus grands clairvoyants que l'Amérique ait connus.

 Au cours de ses fameuses "lectures" captées en état de transe médiumnique, il interprétait les rêves des personnes venues le consulter, leur prédisait leur avenir, retrouvait leurs incarnations antérieures et leur prescrivait les solutions médicales les mieux adaptées à leur état.

 Il reçut de son vivant le surnom de "prophète dormant", car il était capable de visualiser non seulement le chemin de vie de ses consultants mais des pans entiers de l’avenir de l’humanité. Il avait d’ailleurs indiqué avec exactitude des années à l’avance le jour et même l’heure de sa propre mort à son entourage. Au début du XXème siècle, il parlait déjà de la planète Pluton (bien avant sa découverte), de l'énergie atomique, de la télévision et du rayon laser (bien avant leur invention), ainsi que de l’aura et des glandes endocrines

 

À l'école alors qu'il avait environ dix ans et travaillait très moyennement, son maître avait signifié ses lacunes à son père, celui-ci lui demande d'apprendre une leçon, l'enfant s'y consacre 10 minutes, puis revient vers son père, déclarant : « c'est fini ». Le père lui demande s'il se moque de lui, Edgar se met alors à réciter deux pages complètes, imprimées dans son cerveau, tel un appareil photographique.

Durant cette période, Cayce suivit des études jusqu'au secondaire inférieur. Il s'est découvert une vocation spirituelle. Il a quitté la ferme familiale pour d'autres types de travaux. L'éducation de Cayce s'est arrêtée à la 2e année du secondaire, car ni lui ni sa famille n'avaient les moyens de payer pour les études dans un collège américain.

En 1900, il se lança dans le commerce avec son père, pour vendre une assurance du nom de Woodmen of the World (« Bûcherons du monde »). En mars de cette année-là, il attrapa une laryngite aigüe qui, le 18 avril, le rendit aphone.

Dans l'incapacité de travailler, il vécut chez ses parents pendant presque un an. Il décida ensuite de se lancer dans la photographie, en espérant qu'il aurait de ce fait peu de raison de parler.

Un artiste itinérant, comique et hypnotiseur, appelé « Hart - The Laugh Man » (« Hart, l'homme du rire »), fit une représentation à l'opéra de Hopkinsville en 1901. Il entendit parler du problème de Cayce, et proposa de le soigner. Cayce accepta, et l'expérience eut lieu sur scène, devant le public. Sa voix lui revint lors d'une séance d'hypnose, mais s'éteignit à son réveil. Hart essaya une suggestion post-hypnotique afin que Cayce retrouve sa voix même après la transe, mais sans succès.

Hart quitta la ville, mais un autre hypnotiseur local, Al Layne, se proposa pour continuer à travailler avec Cayce afin qu’il récupère la voix. Layne suggéra à Cayce de décrire la nature de son problème et sa solution pendant la séance d’hypnose. Cayce décrit alors sa maladie en utilisant le premier pronom personnel du pluriel « nous », au lieu du singulier « je ». Lors des séances suivantes, il commençait en général par dire « Nous avons le corps ». D’après les transcriptions de ces séances, la perte de sa voix était due à une paralysie psychologique, et pouvait être corrigée par l’afflux de sang aux cordes vocales. Layne suggéra alors que le flux de sang soit en effet augmenté, et le visage et la poitrine de Cayce devinrent alors rouges. Après 20 minutes, encore en transe, il déclara le traitement terminé. A l’éveil, sa voix resta normale. Il y eut des rechutes, mais après quelques séances supplémentaires avec Layne, avec le même traitement, le problème fut réglé définitivement.

Layne avait lu des traitements hypnotiques semblables, effectués par le Marquis Chastenet de Puysegur, un adepte de Franz Mesmer, et voulait explorer les limites des connaissances thérapeutiques de la « voix en transe ». Il demanda à Cayce de décrire ses propres maux et de lui suggérer des traitements. Les résultats auraient été à la fois précis et efficaces. Layne conseilla alors à Cayce d’offrir ses services de guérison en transe au public, mais Cayce n’était que peu disposé à le faire. Il accepta toutefois, à la condition que de telles séances soient gratuites. Avec l’aide de Layne, il commença donc à offrir des traitements gratuits aux gens de la ville. Ces séances furent un succès, et il devint de plus en plus connu. Des rapports sur le travail de Cayce apparurent dans les journaux, et de nombreuses lettres de demandes lui parvinrent. Selon ces rapports, Cayce était capable de travailler aussi bien à partir d’une lettre de la personne, qu’en présence de celle-ci. Ceci lança la correspondance qu’entretiendra Cayce avec des personnes du monde entier.

La quantité de travail de Cayce augmenta en même temps que sa renommée.

 

 

 

Suite de l'article, cliquez ICI